360_prozac_0504
360_prozac_0504

La maladie affective bipolaire habite mon corps. À tous les jours, je la nourris de Lamictal, de Prozac, d’Abilify et parfois de Zyprexa. Un cocktail incluant respectivement des antiépileptiques, des antidépresseurs et des antipsychotiques.

Dans un article précédent, je soulignais le bien-fondé d’adhérer à son traitement pharmacologique:

Prendre ou ne pas prendre de médicaments? Avec la maladie affective bipolaire, il n’y a pas vraiment de choix: le traitement est à la fois biologique et psychologique. (…) Lorsqu’il est question de médicaments, personne ne vous obligera à les prendre, pas même le médecin. Or, il de votre ressort de choisir entre l’imprévisibilité de la maladie et un pronostic positif. En effet, si elle n’est pas traitée, la maladie affective bipolaire ira en s’empirant: les épisodes maniaques et dépressifs seront plus marqués et plus fréquents. Bien qu’un médicament ne guérisse pas la maladie, celle-ci aide à la contenir et à espacer les épisodes maniaques et dépressifs.

Me passionnant pour la psychiatrie, je lis autant que possible sur les mécanismes du traitement pharmacologique. Il est impératif d’interroger son médecin ou son psychiatre sur le mode de fonctionnement de chaque médicament. De cette manière, il  sera plus facile d’apprendre à cerner ses réactions physiologiques à chaque médicament  et à suggérer des modifications de dose au besoin. En effet, avec la maladie affective bipolaire, personne ne peut vous sauver, sauf vous. Bien sûr, les spécialistes peuvent vous aider au besoin, n’empêche, il est de votre ressort de vous prendre en main.

Revenons aux médicaments psychoactifs. Il me semblait à propos de présenter mon expérience personnelle avec les quatre médicaments susmentionnés, et de présenter les avantages et inconvénients de chacun. Parce qu’en effet, entre bipolaires, on se demande d’abord comment ça va, puis quels médicaments le médecin vous a prescrits.

Lamictal

Le Lamictal (lamotrigine) est un antiépileptique lequel stabilise également l’humeur. Une alternative au lithium, le traitement phare de la maladie affective bipolaire, le Lamictal demande un suivi médical moins étroit que le lithium. Parmi les avantages du Lamictal, citons la faible ou l’absence de prise de poids et le peu d’impact sur la libido. Au niveau des inconvénients, soulignons les nombreux effets secondaires: nausées, somnolence, étourdissements, et la possibilité (quoique rare) de rash sévère. N’empêche, malgré ses effets secondaires initiaux, le Lamictal m’a permis de me sortir d’une dépression sévère.

Prozac

Bien que l’usage des antidépresseurs est contesté dans le traitement de la maladie affective bipolaire, puisque ceux-ci peuvent induire la manie ou l’hypomanie, ceux-ci se veulent utiles dans certains cas s’ils sont couplés à des stabilisateurs d’humeur. Si le Prozac (fluoxetine) m’a également maintenu hors de la dépression depuis 2011, celui-ci a induit chez moi un virage hypomaniaque suivi d’une dépression. En effet, un médecin psychiatre m’avait prescrit du Prozac contre l’anxiété sans savoir que j’étais alors atteinte de la maladie affective bipolaire. En outre, le Prozac comporte un inconvénient majeur: une baisse marquée de la libido.

Abilify

L’Abilify (aripiprazole), un antipsychotique atypique, se veut efficace dans le traitement de la manie et de l’hypomanie. Celui-ci est admis depuis peu au Canada. Bien que l’Abilify peut causer de l’insomnie et des maux de tête, j’ai eu une expérience concluante avec celui-ci.

Zyprexa

Le Zyprexa (olanzapine) se veut utile dans le traitement des phases dépressives, mixtes ou maniaques. Il s’agit donc d’un médicament polyvalent, lequel comporte par contre un inconvénient non négligeable: une prise de poids majeure. Pour ma part, je l’utilise au besoin surtout en phase hypomaniaque afin de m’aider à dormir. N’empêche, j’essaie de ne pas en abuser puisque celui-ci cause chez moi des rages de sucre.

(Source: Le trouble bipolaire pour ceux qui en souffrent et leurs proches.)

Si les médicaments susmentionnés se sont révélés efficaces dans le traitement de ma maladie affective bipolaire, il ne demeure pas moins qu’un stigma important se rattache à la prise de médicaments psychoactifs. Parmi les préjugés qui entourent la prise de tels médicaments, il y a qu’il s’agit d’une solution facile, que ceux-ci sont addictifs ou qu’ils modifient la personnalité de celui ou celle qui les prend.

Il est important de discuter avec son médecin les mythes et réalités liés à la prise de médicaments dans le traitement de troubles psychiatriques. En effet, un médecin spécialiste sera en mesure de vous informer sur les avantages et inconvénients de la prise de médicaments, et ainsi vous aider à faire un choix éclairé. Prendre ou ne pas prendre ses médicaments? Le choix me paraît évident.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: