riopelle-07
riopelle-07

Écrire pour vivre. Écrire pour survivre. Écrire pour ne pas mourir.

Il y a de ces jours où je suis créative, où rien ne peut m’arrêter, où tout m’inspire. Il y a quelques instants, je suis tombée sur un billet que j’aurais pu écrire: « My One Night Stand Became My Long-Term Boyfriend ». Parce que s’il y a ces amours jetables, il y a aussi ces amours durables.

Je suis impulsive et je suis bipolaire. Suis-je impulsive parce que je suis bipolaire?

Cédant la plupart du temps à mes pulsions, à mes envies, j’ai fait de ma vie un tableau chaotique, contradictoire et coloré. N’empêche, mon impulsivité m’a bien servi. En effet, si ce n’était pas d’elle, je n’aurais pas rencontré mes deux derniers copains: J. et Y.

* * *

Les one-night stand siéent à merveille aux personnes bipolaires. En effet, trop instables, impulsives et dragueuses en phase maniaque, celles-ci ne trouvent habituellement leur compte que dans les relations sans lendemain ou les relations ouvertes.

Il est intéressant de souligner qu’il y a peine une semaine, j’écrivais à propos de dévorer sa proie avant de passer à la suivante. Or, la vie qui vaut la peine d’être vécue ne se passe rarement comme prévue. Au contraire, c’est son imprévisibilité qui fait sa beauté.

Qui plus est, tel que souligné par l’auteure du billet précédent, Jazmine Hughes, les one-night stand offrent une liberté inégalée:

[you] don’t think they’ll last, so you’re totally open about yourself. I got to know my future boyfriend really well on that fateful night, mainly because I barraged him with questions, rapid fire style, because that’s my natural way to getting to know someone. I didn’t care that I could be coming off as nosy or aggressive or like a census worker. I didn’t even consider toning it down. I had no plans to impress him.

Partager l’intimité de quelqu’un l’espace de quelques heures vous permet d’accéder à son âme puisque s’il y a bien un moment où l’âme surgit, c’est pendant l’acte de l’amour. Et après. Parce qu’après avoir partagé cette intimité, un peu malgré soi, on a l’occasion de discuter, de discuter des sujets les plus sensibles puisque les barrières se sont effondrées.

C’est comme ça que Y. m’a plu. Un jeune homme à l’âme généreuse et ouverte sur le monde. Nul ne sait ce que l’avenir nous réservera. Peut-être vivrais-je mon premier roman de Réjean Ducharme, où amoureux et libres, nous songerons à tout vendre, tout sauf nos dents?

  1. Pingback: One night-stand | jesuisféministe.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: