Cara Barer.
Cara Barer.

Les personnes bipolaires vivent une réalité parallèle, une réalité où le chaos envahit tout l’espace. Le chaos des idées, le chaos des émotions et le chaos du monde réel.

Or, nul besoin d’être atteint de la maladie affective bipolaire pour vivre dans le chaos. N’empêche, les personnes bipolaires souffrent cycliquement de désorganisation mentale et physique:

[le maniaque] disperse ses affaires généralement dans un désordre croissant. La chambre du maniaque, est, encombrée de vêtements, de livres, de courriers, de nourritures et souvent aussi de ses productions artistiques, des ses peintures, ainsi que de ses écrits, de ses poèmes ou des nombreuses lettres qu’il ne manque pas d’écrire. – Pr Marc-Louis Bourgeois, Manie et dépression

Dans mon cas, mon espace vital se veut chaotique, reflet de mon esprit troublé. Les livres règnent en maître, désolés de n’avoir été à peine entamés. J’ai commencé à lire en même temps une dizaine d’ouvrages, plusieurs sur la maladie mentale dont Une folle en liberté et Manie et dépression. En outre,

[à] cet envahissement désordonné de l’espace correspond une discontinuité de l’activité, le maniaque ne finissant jamais les innombrables tâches qu’il entreprend. Sollicité par de nombreuses impulsions et distrait par les personnes et les objets qui l’entourent, il commence tout sans jamais rien accomplir (…). – Pr Marc-Louis Bourgeois, Manie et dépression

Voilà une vérité qui me colle à la peau, que j’abhorre et que pourtant, je ne veux pas changer. C’est comme si je désirais me saisir de tout à la fois, de me dire que oui, je suis vivante, que non, je ne mourrai pas demain si je suis partout à la fois. Comme si je voulais honorer les écrits de Jack Kerouac:

[the] only people for me are the mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn.

Parce que oui, je suis cinglée, hypomaniaque et éprise de la vie. Parce que oui, dans le chaos, mon esprit brûle d’une passion singulière où tout disparait, où tout n’est que souvenir, où la vie se veut insoutenablement légère.

* Photographie de Cara Barer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: