121025_vg5f5_alfred-pellan_sn635
121025_vg5f5_alfred-pellan_sn635

« Bienvenue dans le monde de Ziba, où les gens sont tous étiquetés dans leurs petites cases », me dit mon frère d’esprit.

Oui, j’ai tendance à étiqueter les gens selon leurs appartenances politiques et leurs troubles psychiatriques. N’empêche, je ne les juge pas pour autant: ceux-là me fascinent. J’essaie de m’en saisir, oui, maladroitement, mais de m’en rapprocher un peu plus. Comme disent les féministes, il faut nommer l’oppression pour pouvoir la combattre.

Je n’y peux rien, mon frère, c’est plus fort que moi, je cherche à comprendre, comprendre la réalité, ma réalité. Il me faut jamais arrêter, aller au bout du monde s’il le faut. Pour moi, il est nécessaire de mettre des mots sur des maux.

Or, il me faudra bien apprendre à dissimuler la réalité, à ne pas dire « Bonjour, mon nom est Ziba et je suis bipolaire. » Parfois, l’envie me prend de tout balancer. Les mots et les meubles. De dire: « Bonjour, mon nom est Ziba et je suis cinglée. » Et mon interlocuteur deviendrait mal à l’aise, à mon plus grand plaisir. Sauf que bien souvent, celui-ci ne s’enfuit pas, celui-ci reste. Comme mon copain, Y. Comme mon frère, I.

N’empêche, il s’agit de l’un de mes fantasmes de m’afficher comme tel. De dire, oui, c’est moi Ziba, et je suis bipolairealcooliquesalopehypomaneféministe. Après tout, ne suis-je pas une future écrivaine?

 

* Oeuvre d’Alfred Pellan

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: