AmeliaBauer_02-800x533
AmeliaBauer_02-800x533

Maman, dis-moi pourquoi / Tout ce qui bouge autour de moi / Me donne juste envie de pleurer / Comme le jour où j’suis sorti de toi

– Pierre Lapointe.

J’ai juste envie de pleurer. Pleurer pour un morceau de piano, pour une nouvelle d’amours brisés ou pour nos vies si fragiles. Écriture automatique pour rester en vie, pour ne pas noyer, pour s’agripper à l’impossible. Se rappeler un poème de José Acquelin, « L’azur est la mort du hasard ».

Je me regarde devant le miroir et tente de m’emparer de ma propre âme. Je n’y arrive pas. Cela fait des années que j’y aspire. Obsession de l’impossible.

S’il-vous-plaît Dieu, faites que je me sèvre un jour de mes médicaments. Faites que mon âme ne se casse pas en mille morceaux. Faites que mes enfants ne se blessent pas en ramassant les fragments. Angoisse de ne vivre qu’une seule fois et de vivre tout croche. Un peu comme Clementine dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind.

Purifier son âme. Marcher droit sans savoir où. Fermer les yeux pour ne pas avoir peur. Parce qu’être heureuse c’est le temps qu’on arrête de souffrir. Ne pas faire confiance aux inconnus. Ou si, peut-être un peu. Trouver la rédemption dans un essai lyrique de Kristin Dombek. S’enivrer des poèmes surréalistes d’Henri Michaux.

Essayer de s’élever, mais porter le poids de l’existence.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: