chansons
chansons

On a envie de fuir vers l’avant et de relire L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera. On s’est dit que ça nous lénifierait.  Pourquoi le roman de Kundera? Parce que l’on se reconnaît dans les personnages de Thomas, Tereza et Sabina. Le premier est un amant assoiffé, la deuxième est une femme blessée et la troisième une âme libre. Triangle amoureux asymétrique.

Je suis fascinée par les triangles amoureux. Difficile de l’admettre dans une société qui sanctifie la monogamie. Et pourtant, je te l’ai dit un soir de mars que j’aspire à une relation polyamoureuse. Tu m’as semblé étonné, mais tu m’as avoué que c’est ce qui t’allumais toi aussi. Je t’ai expliqué que je fantasmais de mener une vie à trois. Et d’avoir pleins d’enfants. Je l’avais déjà admis dans un billet précédent. À ce moment, j’ignorais que je pourrais tomber amoureuse d’une femme. Et pourtant, les femmes sont si belles. Tu as acquiescé.

Je me suis rappelée Les chansons d’amour de Christophe Honoré.

Amour, tu m’aimes combien?

Un film que j’avais vu à mes 17 ans et que j’avais alors abhorré. Ce n’est que sept ans plus tard que j’ai compris. Compris que l’amour entre deux femmes et un homme était possible, difficile, mais surtout poétique. J’aspire à y goûter. En attendant cet amour, je laisserai mes cris emplir la pièce.

* Photo tirée du film Les Chansons d’amour (2007).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: