53240_31
53240_31

Imaginer ce que Nelly penserait de Tinder. Relire un texte d’elle portant sur le speed dating publié en 2007, mais qui pourrait porter sur Tinder. Réfléchir. Penser qu’on a déjà trop écrit sur Tinder. Sur les rencontres illusoires, éphémères, mais surtout brutales. Citer quand même Nelly:

Le temps est à la capture de l’autre sous un filet de critères. Dans ce mythe du «rendement amoureux» par l’autopromotion, la réclame et l’accumulation où les probabilités sont mises à profit, dans ce mythe des sentiments gérables, dans la fabrication des conditions préalables à leur émergence, ce sont ces conditions même qui sont détruites. Car pour séduire l’autre, et le conquérir, il faut savoir se faire attendre là où il ne pense pas nous trouver. – Nelly Arcan, Burqa de chair, pp. 157-158

S’en vouloir de reprendre le style d’une chroniqueuse littéraire. Mais se dire en même temps que tout n’est que répétition, mouvement circulaire.

* * *

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de la femme. J’entame la lecture de Putain après avoir lu Testament. Suite logique, surtout lorsque l’on sait que l’auteure de la première oeuvre était une prostituée et l’auteure de la seconde une danseuse nue. À ma façon, j’aspire aujourd’hui à célébrer la réappropriation du corps et de l’espace littéraire par les femmes.

Pourquoi lire les putains et les danseuses nues me demandez-vous? C’est qu’elles ont vécu, elles. Elles ont souffert pour que je n’ai pas à souffrir. Je lis Putain pour voir ce que ça fait voir défiler les hommes les uns à la suite des autres. Pour voir ce que c’est que de n’être un corps bandant (merci Nelly) parmi tant d’autres.

Je les lis pour pleurer un bon coup, parce que ça fait du bien de pleurer, de se vider, de recommencer à zéro. Parce que je sens que j’en apprends plus sur ma vie comme ça qu’à lire sur l’histoire des relations internationales. Parce que de toute façon les relations internationales c’est l’affaire d’hommes, d’hommes d’État qui ont sans eu recours aux services de prostituées ou de danseuses nues parce que comme le souligne Nelly les hommes puissants peuvent s’arroger les jeunes femmes.

J’écris pas trop fort pour ne pas faire de bruit, pour ne pas que ma famille me lise, mais dans tous les cas le mal est fait parce que j’ai déjà trop parlé de moi ici. J’écris jusqu’à n’avoir plus rien à dire – ce qui n’arrivera pas sauf si on me trouve morte. Et je n’ai pas l’intention de mourir de si tôt.

J’écris le dos cambré parce que c’est comme ça qu’il faut faire, qu’on a pas souffert si on a pas été écrivain, qu’on est pas écrivain si on a pas souffert. J’écris non pas parce que je suis malade, non, je suis stable, j’écris pour évacuer le trop plein, j’écris pour survivre. Mais ça, je vous l’ai déjà dit.

Je dois l’avouer, j’écris aussi pour garder ma place dans ce café, où je ne me sens pas menacée. Je m’obstine à demeurer à ma place, ici, pas là, pour ne pas avoir à étudier, pour ne pas me replonger dans ma réalité. Une réalité d’étudiante modèle, pas tant que ça, qui a des bonnes notes, mais qui use de stratagèmes complexes pour éviter l’échec. Parce qu’un échec scolaire signifie la fin du vie, parce que je ne sais rien faire d’autre ou si peu. Je veux dire que je sais écrire, mais que parfois ça ne sert à rien, ce don de soi, que ça ne rapportera pas toujours de l’argent, et que de l’argent j’en ai besoin si je veux garder ma place dans ce café.

Tu m’as dit que je devais cesser de boire du café, que c’était mauvais pour moi, et je t’ai dit que je m’en fichais. Je ferai bien de mon corps ce que je voudrai jusqu’au jour où celui m’abandonnera, où celui-ci dira basta. Mais s’il-vous-plaît Dieu, faites que je ne finisse pas comme Vickie ou Nelly. J’ignore comment je vais mourir, mais je prie chaque jour pour que ça ne soit pas d’une mort absurde parce que malgré nous, on est toujours en quête d’immortalité. Et l’immortalité, il faut l’avoir méritée.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: